index du blog

http://warhammer-old-school.blogspot.comImage HTML map generator

EN VRAC / LA CONCEPTION DES LIEUX OU DES RENCONTRES SELON GRAEME DAVIS


Cet article est tiré du site GITgames. Graeme Davis, a été un des contributeurs les plus respectables de WFRP1. Ce qu'il explique peut vous inspirer et vos donner des idées. Vous pouvez retrouver l'article original ici : Graeme Davis: How to writing locations or encounters


" La plupart des personnes s'intéressent  aux figurines Citadel et à Warhammer Battle, mais dans mon cas c'est plutôt Warhammer le jeu de rôle. Comment s'y prendre pour recréer la vitalité d'un monde vivant et trouver des idées fortes de rencontres et d'évènements ? Je sais, c'est une question vaste, mais j'aimerais avoir votre avis de concepteur expérimenté. Comment créer des rencontres dans l'esprit de la 1ère édition de WFRP, comme celles de "On the Boil", "Otto's Printers" et les rencontres des suppléments de Middenheim et de Marienburg. Je sais, il y beaucoup de guides, d'articles et de modules de JdR, mais j'aimerais apprendre à concevoir des rencontres suffisamment intéressantes pour captiver mes joueurs de WFRP.

Existe-t-il une méthode ou une astuce? Dans le passé, aviez-vous des lignes directrices quand vous avez créé les rencontres et les emplacements à Marienburg?

Je connais les principes de base, mais je suis à la recherche de cette façon de faire des années 80 et 90. Qu'est-ce qui est nécessaire pour faire un excellent emplacement d'aventures et que faut-il éviter ? "


Graeme Davis: J'ai pris un certain temps pour examiner votre question. La réponse n'est pas facile, car j'ai toujours écris par instinct plutôt qu'en suivant une méthode. J'espère cependant que vous la trouverez intéressante et utile. 

D'après votre question, je présume que vous êtes plutôt intéressé par la création de rencontres et d'emplacements courts, comme ceux de Middenheim et de Marienburg. A cette époque, quand j'ai écris la description de ces lieux, je commençais généralement par décider de la nature de l'endroit. La tonalité unique de WFRP nécessitait un mélange équilibré d'emplacements magiques et profanes (la profusion d'emplacements fantastiques nous aurait conduit trop loin dans le territoire de D&D). En outre, les lecteurs semblaient apprécier ces lieux - comment dire - crasseux et  puants. Ce sont donc ces exigences inconscientes qui ont donné le style WFRP. Bien sûr, il était nécessaire d'éviter d'aller trop loin dans ce genre et de faire macérer toutes les endroits dans la fange.  

Souvent, la nature des lieux est suggérée par la nature de l'environnement. La Place aux potions à Marienburg, par exemple, est un quartier principalement (mais pas que) constitué de boutiques en rapport avec la magie et l'alchimie. Par conséquent l'existence d'un magasin d'herbes était une idée toute naturelle pour cet endroit. La tannerie et la boutique de cuir allaient de pair (je ne me souviens laquelle nous avons imaginé en premier, mais l'une a suggéré l'autre), et ainsi de suite. Au fur et à mesure de la description des lieux, l'endroit va développé sa propre personnalité, et vous allez commencez à ressentir si un type particulier d'emplacement y correspond ou pas.

Après avoir choisi ce que je souhaitais décrire, je me suis appuyé sur mes études universitaires en archéologie pour m'aider à dessiner la carte. Pas seulement pour concevoir des types de bâtiments à l'architecture médiévale suffisamment convaincante, mais aussi pour savoir quels types d'espaces et d'équipements étaient requis pour les boutiques. Je connaissais très bien les matériaux et la technologie à l'époque ancienne et médiévale, mais, au besoin, j'ai également examiné la technologie du 19ème siècle et j'ai imaginé comment la même tâche aurait pu être faite dans un contexte pré-industriel.

Les personnages sont venus assez tard dans le processus. J'ai commencé par créer des informations générales : quelles carrières et compétences seraient requises par un personnage qui travaillerait dans cette boutique, combien y aurait-il de travailleurs supplémentaires et de quels types, etc. Comme je travaillais sur ce processus assez mécanique, mon imagination mis au repos a commencé à imaginer les personnages, leurs personnalités, leurs intérêts, leurs défauts et leurs relations avec les autres personnages et lieux, ce qui donnerait des occasions de créer des aventures intéressantes. Je n'ai jamais considéré qu'une description d'un lieu était complète avant qu'il n'ait au moins 3 ou 4 amorces d'aventures possibles. Ceci était la dernière étape, basée autant sur les personnalités des personnages que sur la nature de l'emplacement lui-même.

J'ajouterais une chose de plus dans le cas particulier de la rédaction d'emplacements pour une ville. N'ayez pas peur de mentionner des emplacements qui n'ont pas encore été conçus ou publiés.

Par exemple, si vous inventez une boutique magique, n'oubliez-pas que les PNJs auront une relation avec des organisations majeures comme les guildes de magiciens et d'alchimistes. Il pourrait exister également d'autres relations moins importantes, avec des chiffonniers qui ramassent des herbes dans les marais, par exemple, ou avec un souffleur de verre particulier qui fournit des bouteilles et des pots, ou avec un gang criminel qui fournit des matériaux illicites, volontairement ou involontairement.

Mentionnez ces contacts par leurs noms et vous créerez un sentiment de ville vivante, avec toujours plus à découvrir. Développez également une liste de nouveaux sites à créer. Cela rend le processus de création beaucoup plus facile et plus agréable, car ces noms et ces germes d'idées peuvent vous guider dans le processus de conception, au lieu de vous retrouver devant un page vide à remplir.

Mike et moi avons beaucoup utilisé cette technique lorsque nous écrivions les sites de Marienburg chez Flame Publications. Je n'ai pas gardé la liste « de choses à faire», mais je suis prêt à parier qu'il y a quelques endroits mentionnés dans les White Dwarf qui n'ont jamais été rédigés et publiés.

Voila, j'espère que cela vous aidera. Comme je l'ai dit au début, ca n'a jamais été un processus ou une méthode consciente, mais d'après les souvenirs que j'en ai 30 ans plus tard, c'est comme ça que je faisais les choses.